Ambiente

“Imbrocchiamola!” conquista la Francia

L’agenzia di stampa francese Agence France Presse ha dedicato un servizio alla campagna "Imbrocchiamola!". Pubblichiamo l’articolo di Mathieu Gorse, corrispondente a Milano di Afp, e vi invitiamo a vedere il servizio video registrato a Milano su www.youtube.com/altreconomia. ***    MILAN…

L’agenzia di stampa francese Agence France Presse ha dedicato un servizio alla campagna "Imbrocchiamola!". Pubblichiamo l’articolo di Mathieu Gorse, corrispondente a Milano di Afp, e vi invitiamo a vedere il servizio video registrato a Milano su www.youtube.com/altreconomia.

***
   MILAN (Italie), 23 fév 2010 (AFP) – Alors que l’Italie est le premier consommateur d’eau en bouteille en Europe, écologistes et maires tentent de promouvoir l’eau du robinet pour le bien de l’environnement, mais les Italiens tiennent encore beaucoup à leurs habitudes.
   Baptisée "Imbrocchiamola (mettons-la en carafe)", la campagne lancée il y a deux ans par la revue militante Altreconomia, et soutenue par l’organisation écologiste Legambiente, a pour but d’inciter à la consommation d’eau du robinet dans la restauration.
   "Certaines eaux ont été transportées 1.000 km avant d’arriver sur nos tables et sur les 300.000 tonnes de bouteilles en plastique jetées chaque année, seul un tiers est recyclé, le reste finissant dans les décharges ou dans les incinérateurs", dénonce Luca Martinelli, journaliste à Altreconomia.
   Mais pourquoi les Italiens consomment-ils autant d’eau en bouteille ?
   Des scandales sur la qualité de l’eau dans les années 1980 "ont eu un impact mais depuis les choses ont changé avec l’approbation d’une loi en 1994 qui introduit un double contrôle de la qualité", assure le journaliste.
   Selon lui, c’est surtout la puissance publicitaire des entreprises du secteur qui explique la croissance d’un marché qui pèse 3 milliards d’euros de chiffre d’affaires.
   "Les investissements publicitaires ont été quasiment quadruplés ces vingt dernières années et la consommation a doublé, passant d’environ 100 litres par an et par habitant au début des années 1990 à presque 200 aujourd’hui", ce qui fait de l’Italie le premier consommateur d’eau minérale en Europe, soutient-il.
   Les maires se sont eux aussi ralliés à la cause de l’eau du robinet à l’instar de Massimo Cacciari, maire de Venise, qui a posé sur des publicités pour l’eau de sa commune proclamant "moi aussi, je bois l’eau du maire".
   Fin janvier, les maires des régions Vénétie, Frioul Vénétie Julienne et Emilie Romagne ont même lancé un "manifeste de l’eau du maire" dénonçant les effets négatifs de l’eau en bouteille sur l’environnement.
   Mais Ettore Fortuna, président de Mineracqua, association qui regroupe les entreprises d’eau minérale, balaie ces arguments.
   "L’eau potable est mise sur le même plan que l’eau minérale", or "les consommateurs retrouvent dans l’eau minérale la sécurité, les effets sur la santé et le goût", affirme-t-il, ajoutant que le secteur fait tout pour limiter l’impact sur l’environnement, notamment en réduisant le poids des bouteilles.
   Résultat de la prépondérance de l’eau minérale en Italie, il est souvent mal vu de demander une carafe d’eau au restaurant.
   Jusqu’à présent, la campagne "Imbrocchiamola" a permis de recenser 1.600 restaurants acceptant de servir de l’eau du robinet dans le pays.
   Et une soixantaine de restaurateurs ont même collé une vignette sur leur devanture annonçant qu’ils servent des carafes, comme Saviero Motta à Milan.
   "On ne peut pas refuser à quelqu’un qui veut boire de l’eau du robinet de lui servir", explique-t-il.
   Mais à l’image du restaurateur, qui reconnaît boire "vraiment peu" d’eau du robinet lui-même, les Italiens sont loin d’être prêts à renoncer à l’eau minérale.
   "On dit qu’en Italie l’eau du robinet n’est pas bonne, ce n’est pas vrai mais par habitude, je bois de l’eau minérale même à la maison", déclare Donato Apicella, directeur financier d’une entreprise et client de M. Motta.
   "Très peu de gens demandent de l’eau du robinet", admet le restaurateur car "en Italie, on fait même le café avec de l’eau minérale", plaisante-t-il.
   mg/mle/pre

Newsletter

Iscriviti e ricevi la newsletter settimanale di Altreconomia